Opération un « Hiver à Gaza »

Sticky Post
18Oct

Opération un « Hiver à Gaza »

RÉCHAUFFEZ L’HIVER DES ENFANTS DE GAZA

 

12079497_1641161362767952_8096775422272089455_n Alors que la reconstruction de la Bande de Gaza tarde toujours à débuter, des milliers de familles vivent dans des campements de fortune. De plus, les coupures d’électricité sont quotidiennes et l’hiver approche…

L’association We Are Solidarité lance sa 2ème campagne « Un Hiver à Gaza » pour aider les plus démunis à passer un hiver au chaud. L’objectif étant d’offrir à plus de 60 familles un kit évalué à 70€ et comprenant

  • un chauffage au gaz
  • une lampe halogène,
  • et des couvertures.

NOUVEAUTÉ

Nous vous proposons également une correspondance avec les familles prises en charge. Il vous suffira simplement de compléter le formulaire ci dessous avant ou après avoir effectué votre don via Paypal ou par virement bancaire. Les messages seront ensuite traduits par notre équipe en France et délivrés aux familles. En retour, les familles vous transmettront un message que l’on vous fera traduire et parvenir avec une photo de la famille.

Si vous souhaitez faire un don, vous pouvez le faire

par virement bancaire RIB: 17515 00092 08001496149 24 IBAN : FR76 1751 5000 9208 0014 9614 924

Ou via PayPal, en cliquant sur le lien ci-dessous:

paypalogo-l

Aucun champ trouvé.
27Oct

La Palestine à Paris

 Aidez-nous à les faire venir: pour faire un don

wearesolidarite-72dpi

Aucun champ trouvé.
20Jan

Aide aux réfugiés – Des entrepreneurs formidables

Grâce à l’implication de chacun-e, grâce à des entrepreneurs formidables qui ont travaillé vite et sans rien demander en retour, la famille Chahin va enfin pouvoir vivre dans des conditions décentes et se tourner vers l’avenir plus sereinement.

Nous sommes vraiment heureux et satisfaits que cette première étape soit franchie.

 

En photos: l’avant, le pendant et l’après!

1483390_1660232900860798_4881114520495601685_n1619120_1660232940860794_5970455224316933066_n

 

Ensemble, we are solidarité!

 

20Jan

Distribution des kits d’hiver dans la Bande de Gaza

10462732_1659472907603464_3066833984098522558_n
*** Un Hiver à Gaza ***
Grâce à vos dons, grâce à votre générosité, grâce à votre soutien et votre implication, nos bénévoles à Gaza ont distribué les kits d’hiver à 35 familles démunies!

Grâce à vous, chaleur et lumière vont inonder les foyers détruits des familles Gazaouies démunies, et réchauffer leurs cœurs.

5745_1660490020835086_2566357404166109550_n

Les kits contiennent des couvertures, un chauffage au gaz, une bouteille de gaz et une lampe halogène.
Un grand merci à toutes et tous, ainsi qu’à nos bénévoles à Gaza

20Jan

Etre réfugié, ce n’est pas ce que vous croyez – Par Elsa RAY, secrétaire de WAS

Elsa Ray, ancienne porte-parole du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et aujourd’hui militante au sein de l’association We Are Solidarité, travaille beaucoup avec les familles réfugiées, pour la plupart syriennes, en Île-de-France. Elle est choquée par les conditions d’accueil et par la détresse totale dans laquelle elles sont plongées lorsqu’elles arrivent ici.

Je suis militante associative en Ile de France depuis plusieurs années.

Je lutte contre les discriminations, le racisme institutionnalisé, les inégalités sociales, et toutes les formes de haine, qui sont de plus en plus nombreuses et banalisées.

Depuis quelques mois, je suis bénévole et secrétaire d’une association jeune et dynamique, créée au printemps 2015 par des amis franciliens: We Are Solidarité.

Une association « à taille humaine » qui a pour but de soutenir et de venir en aide aux plus démunis, en France et à l’étranger.

Ici en France, nous aidons depuis quelques mois des familles réfugiées en IdF, pour la plupart syriennes. Et nous prenons conscience de la détresse la plus totale dans laquelle se trouvent les réfugiés lorsqu’ils arrivent en France, après un voyage plus qu’éprouvant, après avoir enduré la terreur, le sang et la mort.

De mon expérience de terrain, moi qui ai rencontré plusieurs de ces familles, qui les côtoie toutes les semaines, je vais vous dire ce que c’est qu’un « réfugié ». Ceux dont on parle beaucoup pour dire qu’ils sont une « crise », un « afflux », mais sur qui on ne sait pas grand chose, finalement.

D’abord, la France est le pays qui accueille le moins de réfugiés, loin derrière l’Allemagne ou la Turquie. Et en réalité, nous avons vite compris que les réfugiés n’ont, pour la plupart, aucune envie de rester en France. D’abord parce que l’accueil y est catastrophique, ensuite parce que beaucoup rêvent de pouvoir rentrer chez eux quand « ça ira mieux ».

En attendant, beaucoup partent en Belgique, en Allemagne, ou même en Espagne, après être restés quelques semaines en France.

« Réfugié », ça ne veut pas dire: «ah tiens dis-donc, si on allait en France? Il parait qu’ils ont des bons fromages et des allocations familiales!». Non.

« Réfugié », ça veut dire s’arracher le coeur pour quitter sa maison, sa famille, son travail, sa terre, pour traverser les barbelés, les mers, les frontières, avec ses enfants dans les bras et un simple sac à dos. Ça veut dire perdre tous ses repères, déscolariser ses enfants, voir sa femme maigrir d’angoisse, ne plus savoir sur qui compter, comment envisager l’avenir… C’est avoir le coeur serré à chaque seconde qui s’écoule quand on pense à sa famille restée là-bas.

C’est pleurer, et s’arracher les cheveux, quand on comprend que les fous sanguinaires qu’on a fui, existent aussi ici, et qu’ils tuent des gens aveuglément ici aussi.

« Réfugié », c’est arriver en France sans rien pour manger, pour boire, pour se vêtir, pour dormir. Sans savoir vers qui se tourner, comment faire les démarches de demande d’asile, comment prétendre à un logement, même de fortune. Alors on mendie, à Saint-Denis, à Porte de la Villette ou ailleurs, parce que ses enfants pleurent de faim et qu’il faut bien agir. Là-bas, on était un marchand prospère, on était ingénieur, professeur. Ici, on est rien.

On dort une nuit dans la rue, ses enfants serrés contre son blouson, le ventre vide et le coeur lourd. Puis deux nuits, puis trois, puis dix.

Alors on trouve un marchand de sommeil sordide et on échoue dans un appartement miteux, où on s’entasse à plusieurs familles au milieu du moisi et du chauffage qui ne marche plus. C’est toujours mieux que d’être dehors.

Mais le pire, c’est qu’on ne s’attendait pas à ça. On venait juste chercher l’asile. On ne veut pas vivre aux crochets des autres. Juste se réfugier ici et travailler, refaire sa vie. Le temps que ça se tasse… Comme n’importe qui l’aurait fait, en fait.

Un jour, une bouffée d’oxygène. À la mosquée, ou dans la rue alors qu’on mendie pour quelques pièces, on rencontre un militant associatif.

Il parle un arabe « classique », il nous comprend, il s’inquiète de notre situation. Et c’est comme si une petit luciole s’était allumée dans l’obscurité d’une nuit sans étoile.

Le dialogue s’ouvre, on a besoin de parler, parler, parler. Pour exprimer ce qu’on vit, parce qu’on sait qu’une opportunité comme ça ne se reproduira peut-être plus. Pensez-vous! Quelqu’un qui entend, qui comprend, qui écoute. Et qui agit.

« Réfugié », c’est alors se lever à 4h du matin pour faire la queue pendant des heures et heures devant la préfecture, ses enfants transis de froid, pour s’entendre finalement dire que “bah non c’était pas la peine de venir, c’est à France Terre d’Asile qu’il faut aller. Mais que dans 15 jours”. On ne comprend rien, pourquoi ne pas nous l’avoir dit avant? Heureusement que l’association est là. Sinon on resterait encore à la rue deux semaines, sans savoir quelle en serait l’issue.

C’est aussi s’entendre crier, par une fonctionnaire de la préfecture: « mais putain ils comprennent rien ces gens, comment ils vont faire?», tout ça parce qu’on n’est pas bilingue en français et qu’on ne peut pas lire un document administratif tout seul. Mais ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’on a déjà commencé à prendre des cours, parce qu’on a la rage d’apprendre, la rage de survivre.

Ceux qui ont fui la mort savent ce que veut vraiment dire la rage de survivre.

« Réfugié », c’est l’angoisse des jours sans pain, des jours où l’on attend des nouvelles de l’OFPRA. Des jours où l’on est pas sûr qu’on pourra payer le loyer du marchand de sommeil et qu’il nous menace d’expulsion, sans aucun état d’âme. Des jours où l’on a un peu honte d’appeler encore les amis de l’association, mais où l’on remballe sa fierté car le bien-être de ses enfants passe avant tout.

« Réfugié », c’est aussi les immenses joies. Les portes qui s’ouvrent, le merveilleux frisson de l’espoir qui revient, qui se distille dans les veines et qui réchauffe le coeur.

C’est voir enfin ses enfants scolarisés, c’est récupérer son récépissé de demandeur d’asile, c’est obtenir une place en centre de réfugiés pour toute sa famille, c’est progresser en français et trouver un petit boulot sur le marché, c’est trouver des vêtements propres, quelques meubles… C’est commencer à construire, pierre par pierre, les fondations d’une nouvelle vie.

« Réfugié », c’est vite comprendre que l’État n’a pas prévu grand chose pour nous. Qu’il ne faudra que compter sur la solidarité des autres. Ceux qui auraient pu être nous. Ceux qui, s’ils nous aident, feront toute la différence.

La différence… Celle de la solidarité.

Elsa RAY, secrétaire de l’association We Are Solidarité

https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart

 

 

18Déc

Solidarité avec les réfugiés, une belle journée

Solidarité avec les réfugiés, une belle journée!

 

Des donatrices généreuses et dévouées sont venues avec une voiture et un camion chargés à craquer de meubles, vêtements, jouets et produits divers pour 3 familles originaires de Homs (Syrie) logeant à St Denis.

Ces trois familles, qui dormaient par terre et n’avaient pas de vêtements ou de jeux pour occuper leurs enfants, vous sont extrêmement reconnaissantes!
Ils vous remercient toutes et tous chaleureusement, et nous aussi!

 

Ensemble, we are solidarité

 

 

18Déc

En direct de Palestine

Flash info

  • Les violentes confrontations qui ont opposé ce vendredi les citoyens palestiniens aux soldats israéliens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie occupée ont fait trois morts et plusieurs blessés parmi les jeunes protestataires.Sur le passage de Kalandia au nord d’al-Quds occupé, les forces d’occupation ont ouvert le feu sur un jeune homme de 21 ans. Le motif évoqué par ces derniers est la légitime défense, il  aurait « tenté de les attaquer ». Il a succombé à ces blessures dans la soirée.A Ramallah, un jeune homme a été tué par des soldats israélien. Il a reçu une balle en plein poitrine lors des confrontations dans le village de Senjel.

    Le troisième mort est un jeune homme de 22 ans, tué par des soldats au nord de Khan Younes dans la Bande de Gaza.  (Source: le Centre Palestinien d’Information)

13Déc

L’Intifada de Jérusalem en chiffre

 

Les derniers chiffres actualisés

Au 13 décembre, 121 Palestiniens ont été tués,  plus de 14509 blessés par les soldats et/ou colons israéliens et 2524 détenus.

Parmi les 121 Palestiniens tués, 25 sont des enfants de moins de 18 ans, 5 femmes et 91 hommesLe plus grand nombre de victimes proviennent de la ville d’Hébron en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. 

Parmi les 14509 blessés dont 57 journalistes et 264 travailleurs paramédicaux.

2524 arrestations, dont 829 mineurs.

 

Source: Euro – Mediterranean, Human right

15Nov

Communiqué – Attentats Paris

L’équipe de We Are Solidarité est, comme vous tous, choquée et affligée des terribles événements qui se sont déroulés hier soir à Paris et à Saint-Denis.

Nos pensées et nos prières vont aux victimes et à leurs familles.

Palestine, Syrie, Liban, France… Ce sont les civils qui, comme toujours, payent le prix du sang des conflits de pouvoir, d’intérêts et d’idéologies morbides.

Restons unis, solidaires et fraternels. Fermes dans l’épreuve, fidèles à nos valeurs et à nos convictions.

La division, la haine et l’acceptation de l’injustice ne font que répandre plus de sang.

Ensemble, we are solidarité

« Vous n’entrerez au Paradis que lorsque vous croirez, et vous ne croirez vraiment que lorsque vous vous aimerez. Voulez-vous que je vous indique une chose qu’en la faisant vous vous aimerez? Saluez-vous (répandez la paix) les uns les autres. »
(Parole du prophète Muhammad (saw), rapportée par Moslem)

Translate »